Un lieu marial

Contenu de la page : Un lieu marial

Un lieu marial

Ni apparition de la Vierge, ni source miraculeuse, ni révélation céleste ne fondent l’existence de ce sanctuaire marial…mais la dévotion d’un peuple.

Depuis que sur la colline de la Garde en 1214, Maître Pierre fut autorisé par l’abbé de l’Abbaye de Saint-Victor à construire une chapelle dédiée à la Vierge Marie, au fil des ans, des siècles, les fidèles sont montés toujours plus nombreux vers la Vierge de la Garde, et le petit oratoire de l’origine devra laisser place à des chapelles successives plus grandes, notamment en 1443, 1534, 1734…jusqu’à la construction à partir de 1853, de la basilique actuelle.

C’est une Mère à l’Enfant, la statue monumentale dorée visible de partout le jour comme la nuit, et encore, à l’intérieur de la basilique, la Vierge en argent de l’artiste Chanuel, comme « la Vierge au bouquet » de la crypte. Vierge à l’Enfant, la statue en carton pâte à l’entrée de la crypte qui reçoit en hommage fleurs et cierges tout au long de l’année et qui est portée en procession le soir du 14 août, temps fort de la dévotion mariale des Marseillais.

Haut de page

A noter

Les nombreux ex-voto témoignent des grâces obtenues par l’intercession de la Vierge Marie et de la confiance indéfectible de ceux qui l’invoquent. Et Marie honorée ici depuis l’origine du sanctuaire c’est la Mère présentant son enfant.